Le forum Audiovintage est privé.
En tant qu'invité, vous avez accès à certaines rubriques uniquement, l'ajout de nouveaux membres n'est pas possible pour le moment.

R.I.P.

La base de notre passion !
Répondre
Avatar du membre
m3uh04
Super membre
Messages : 663
Enregistré le : mar. 5 juil. 2016 15:45
Localisation : Par là ... (13 ou 04)

Re: R.I.P.

Message par m3uh04 »

Aïe ! :sweat:
Adieu l'artiste :prosterne: .
Vincent

"La bonne taille c'est quand les pieds touchent par terre" Coluche

Du coup c'est valable pour des enceintes ?
Avatar du membre
raoul
Super membre
Messages : 592
Enregistré le : sam. 18 juin 2011 16:56
Localisation : Var

Re: R.I.P.

Message par raoul »

RTL L'INTÉGRALE - Charlie Watts, le batteur d'exception des Rolling Stones (57Mn)
Éric Jean-Jean

https://www.rtl.fr/programmes/bonus-tra ... ing-stones
"L'art doit produire un choc sinon ce n'est pas de l'art" - Yevgeny Mravinsky.
Avatar du membre
raoul
Super membre
Messages : 592
Enregistré le : sam. 18 juin 2011 16:56
Localisation : Var

Re: R.I.P.

Message par raoul »

Lee Scratch Perry.
Fichiers joints
1EBF0A33-788D-4DE1-87D9-B28E6085BFA0.jpeg
1EBF0A33-788D-4DE1-87D9-B28E6085BFA0.jpeg (122.98 Kio) Vu 1455 fois
"L'art doit produire un choc sinon ce n'est pas de l'art" - Yevgeny Mravinsky.
Avatar du membre
Georges de Villette
Membre honoraire
Messages : 274
Enregistré le : mar. 26 mars 2013 20:59
Localisation : Villette d'Anthon ( nord isère )

Re: R.I.P.

Message par Georges de Villette »

85 ans , c'est pas mal pour la vie saine qu'il a dû avoir !
Paix à son âme !
Merci pour l'info .
Avatar du membre
raoul
Super membre
Messages : 592
Enregistré le : sam. 18 juin 2011 16:56
Localisation : Var

Re: R.I.P.

Message par raoul »

De rien, avec plaisir GdV !
"85 ans , c'est pas mal pour la vie saine qu'il a dû avoir !"
Et c'était pas du cbd ! Plus sérieusement c'est un monument qui nous a quitté.
Bonne journée !

Rollingstone magasine :

Perry, prolifique chanteur de reggae et producteur, qui a réinventé le genre et repoussé les limites de la musique jamaïcaine, est décédé dimanche

Lee « Scratch » Perry, le monumental chanteur de reggae et producteur, qui a repoussé les limites de la musique jamaïcaine – et par conséquent, du rock, du hip-hop et de la danse music – avec ses explorations dans le dub, est décédé à l’âge de 85 ans.

Le Jamaican Observer rapporte que Perry est décédé dimanche à l’hôpital Noel Holmes, dans l’ouest de la Jamaïque.

« Scratch est un shaman. »

Andrew Holness, le Premier ministre de la Jamaïque, a tweeté dimanche : « Mes profondes condoléances à la famille, aux amis et aux fans du légendaire producteur de disques et chanteur Rainford Hugh Perry OD, affectueusement connu sous le nom de ‘Lee Scratch’ Perry. Il a travaillé et produit pour de nombreux artistes, dont Bob Marley et les Wailers, les Congos, Adrian Sherwood, les Beastie Boys, et bien d’autres. Sans aucun doute, on se souviendra toujours de Lee Scratch Perry pour sa contribution exceptionnelle à la fraternité musicale. Que son âme repose en paix. »

Mike D, des Beastie Boys, a écrit sur réseaux sociaux dimanche : « Nous envoyons le plus d’amour et de respect que nous pouvons à Lee Perry qui est décédé aujourd’hui, à sa famille et à ses proches, ainsi qu’aux nombreuses personnes qu’il a influencées par son esprit pionnier et son travail. Nous sommes vraiment reconnaissants d’avoir été inspirés par cette véritable légende, d’avoir travaillé et collaboré avec lui. Écoutons son profond catalogue en guise d’hommage. »
« Le Salvador Dali de la musique »

Au cours d’une carrière qui s’étend sur sept décennies, Perry a été l’un des artistes les plus prolifiques de la musique ; Kiss Me Neck, un livre qui répertorie toute la production discographique de Perry jusqu’au début des années 2000, compte plus de 300 pages.

« Vous ne pourriez jamais mettre le doigt sur Lee Perry – il est le Salvador Dali de la musique, a déclaré Keith Richards à Rolling Stone en 2010. Il est un mystère. Le monde est son instrument. Il suffit d’écouter. Plus qu’un producteur, il sait comment inspirer l’âme de l’artiste. Comme Phil Spector, il a le don non seulement d’entendre des sons qui ne viennent de nulle part ailleurs, mais aussi de traduire ces sons aux musiciens. Scratch est un shaman. »

« Lee ‘Scratch’ Perry a transfiguré la cadence chaloupée du reggae et le cœur du R&B en quelque chose de plus sombre, plus saint et plus dangereux – une musique de textures rythmiques visionnaires et de vengeance de guerrier biblique », a écrit le journaliste David Fricke dans sa critique de 1997 de la compilation Arkology.

Dominos

Né en 1936 dans la campagne jamaïcaine, le teigneux Rainford Hugh « Lee » Perry s’installe à Kingston au début des années 60. « Mon père travaillait sur la route, ma mère dans les champs. Nous étions très pauvres. Je suis allé à l’école… Je n’ai rien appris du tout. Tout ce que j’ai appris est venu de la nature, a déclaré Perry à NME en 1984. Quand j’ai quitté l’école, il n’y avait rien à faire à part travailler dans les champs. Un travail dur, très dur. Je n’aimais pas ça. Alors j’ai commencé à jouer aux dominos. Grâce aux dominos, j’ai exercé mon esprit et appris à lire dans les pensées des autres. Cela s’est avéré éternellement utile pour moi. »

La carrière de Perry dans la musique a commencé à la fin des années 50, lorsqu’il a été employé pour vendre des disques pour le Downbeat Sound System de Clement « Coxsone » Dodd ; au début des années 60, Dodd a ouvert son célèbre Studio One, où Perry – surnommé « Little » à l’époque, en raison de sa taille – a eu sa première expérience en studio d’enregistrement, produisant quelques dizaines de chanson pour le label.

« Coxsone n’a jamais voulu donner sa chance à un garçon de la campagne. Pas question. Il a pris mes chansons et les a données à des gens comme Delroy Wilson. Je n’ai eu aucun crédit, et certainement pas d’argent. Je me faisais avoir. »

Après s’être brouillé avec Dodd, Perry est passé au label rival de Joe Gibbs, Amalgamated Records, où il a continué à produire tout en poursuivant sa propre carrière d’artiste principal. Les désaccords entre l’irascible Perry et Gibbs ont conduit « Scratch » à créer son propre label Upsetter Records – un clin d’œil à la proclamation de Perry « I am the Upsetter » – en 1968.
« People Funny Boy »

Grâce à sa popularité en Jamaïque et au Royaume-Uni – où son single de 1968 « People Funny Boy », qui s’en prend à Gibbs, est entré dans le Top 5 – Perry peut construire en 1973 son propre studio à Kingston, qu’il nomme « Black Ark ». C’est là que les efforts artistiques de Perry l’ont amené à repousser les limites des capacités relativement archaïques du studio d’enregistrement pour créer ses « visions ». En tant qu’architecte du son remixé, Perry superposait (ou surajoutait) ses propres rythmes et riddims avec des crochets vocaux répétitifs repris d’autres chansons – fournissant ainsi le modèle de l’échantillonnage dans d’autres genres – ainsi que des basses profondes et réverbérantes, des effets sonores errants et des mélodies de corne désincarnées, le tout mijoté.

« La basse est le cerveau, et le tambour est le cœur, a déclaré Perry à Rolling Stone en 2010. J’écoute mon corps pour trouver le rythme. À partir de là, il ne s’agit que d’expérimenter les sons des animaux de l’arche. »

« Je suis punk. »

Avec son groupe de soutien chevronné, les Upsetters – un clin d’œil à la proclamation de Perry « I am the Upsetter » – Perry a dirigé des chefs-d’œuvre du dub comme Blackboard Jungle en 1973, Super Ape, le LP historique des Upsetters en 1976, et Roast Fish Collie Weed & Corn Bread.
De Max Romeo à Bob Marley

Perry et son groupe de soutien ont commercialisé le son dub en tant que producteurs sur de nombreux disques de reggae acclamés du milieu des années 70 – War Ina Babylon de Max Romeo, Party Time des Heptones, Heart of the Congos des Congos et Police & Thieves de Junior Murvin – qui ont contribué à faire de la musique jamaïcaine une forme d’art et une puissance internationale. « Police & Thieves » de Murvin, coécrit par Perry, a été repris par les Clash sur leur premier album éponyme de 1977 ; le groupe punk, influencé par le reggae, a également recruté Perry – qui était à Londres pour enregistrer « Punky Reggae Party » de Bob Marley, lui-même un hommage à la reprise de Murvin par les Clash – pour produire leur single « Complete Control » plus tard cette année-là. (Comme Perry l’a dit un jour en plaisantant sur son attrait pour le mouvement punk, « Si je veux cracher ici, je crache ici. Si je veux pisser là, je pisse là. Je suis punk. »)

« J’ai créé mon péché, et j’ai brûlé mon péché, et je suis né à nouveau. »

« Perry utilisait un 4-pistes au studio Black Ark, mais il pouvait faire rebondir une centaine d’autres pistes en utilisant des pierres, de l’eau, des ustensiles de cuisine et tout ce qui était disponible, a déclaré Romeo à Rolling Stone. Il gagne son argent en étant fou, mais il n’est pas plus fou que moi. Tous les génies sont fous. Je me souviens de Chris Blackwell à Black Ark, assis sur un canapé et disant : ‘Scratch, la bande déborde. Tu ne peux pas faire ça ! Scratch a juste dit : « L’album s’appelle Super Ape, et j’ai besoin d’une Super Tape ». C’est un magicien, il n’y a personne d’autre comme lui. »
Moments suspendus

Cependant, après la sortie de Return of the Super Ape des Upsetters en 1978 – et après que des artistes comme Paul et Linda McCartney (« Mister Sandman ») aient sollicité Perry dans son home studio – l’ère Black Ark a commencé sa lente érosion lorsque Perry a souffert d’une dépression. La propriété se délabre alors que Perry, paranoïaque, réduit sa production musicale et gribouille au marqueur sur toutes les surfaces du studio. Selon la légende, Perry finit par brûler le studio en 1983.

« J’avais besoin d’être pardonné de mon péché, a déclaré Perry à Rolling Stone. J’ai créé mon péché, et j’ai brûlé mon péché, et je suis né à nouveau. »

Après l’ère Black Ark, Perry a déménagé en Angleterre et aux États-Unis avant de s’installer en Suisse avec sa famille. Il restera prolifique pendant les trois décennies suivantes, sortant de nouveaux albums en solo à un rythme annuel, travaillant avec des fans de longue date comme les Beastie Boys ainsi qu’avec Mad Professor, the Orb, Subatomic Soundsystem et Adrian Sherwood. En 2019, Perry a publié ses deux LP jumeaux, Rainford (son nom de naissance) et Heavy Rain, ce dernier comportant des invités comme Brian Eno, qui a un jour salué Perry comme « l’un des génies de la musique enregistrée. »

« Perry est une énigme, mais croyez-moi, il est en avance sur son temps ; c’est nous qui devons essayer de le rattraper. »

Une inspiration indéniable

Comme le dit Mike D des Beastie Boys dans la biographie de Perry, People Funny Boy, « Nous sommes tous les trois vraiment inspirés et influencés par la musique et la production de Lee Perry. Je pense à lui en termes d’ouverture de possibilités vraiment infinies de son et de musique, en manipulant les sons par l’utilisation de la table de mixage et de tous les effets extérieurs et de toutes les vitesses de bande potentielles pour obtenir des sons que vous pourriez avoir dans votre tête, pour en faire une réalité. »

« Quel personnage ! Extrêmement créatif, avec une mémoire aussi vive qu’un magnétophone ! Un cerveau aussi précis qu’un ordinateur ! a écrit Mad Professor, collaborateur de longue date de Perry. Une compréhension claire de l’industrie de la musique et du reggae… Il m’a guidé dans le paysage compliqué du reggae, m’a appris à équilibrer un morceau pour créer des hits… il le savait… Je suis heureux d’avoir appris de lui. »

Sean Perry, le fils de Scratch, a dit de son père excentrique dans People Funny Boy : « Perry est une énigme, mais croyez-moi, il est en avance sur son temps ; c’est nous qui devons essayer de le rattraper. »
"L'art doit produire un choc sinon ce n'est pas de l'art" - Yevgeny Mravinsky.
sebhache
Membre débutant
Messages : 6
Enregistré le : mer. 25 août 2021 08:09

Re: R.I.P.

Message par sebhache »

Richard H Kirk ( Cabaret Voltaire )
Untitled-design-47.jpg
Untitled-design-47.jpg (156.48 Kio) Vu 1376 fois
Avatar du membre
hoplat
Membre V.I.P
Messages : 6023
Enregistré le : sam. 28 nov. 2009 10:16
Localisation : Dans le sud-ouest

Re: R.I.P.

Message par hoplat »

Astro est parti, alias Terence Wilson, l'un des fondateurs du groupe UB40, à l'âge de 64 ans.
FDlC5SuWUAITpyT.jpg
FDlC5SuWUAITpyT.jpg (57.06 Kio) Vu 1154 fois
JL
SONY addict-j'assume
Le bonheur n’existe pas. En conséquence, il ne nous reste qu’à essayer d’être heureux sans JL
Sans la musique la vie serait une erreur Fred N
Avatar du membre
alayn91
Membre no life
Messages : 2242
Enregistré le : ven. 16 juil. 2010 07:55
Localisation : Chevannes Yonne

Re: R.I.P.

Message par alayn91 »

Bonjour,
Steve Bronski nous a quitté.
Vous ne savez plus ou avez oublié qui il était:
- https://www.francetvinfo.fr/culture/mus ... 75223.html
A+
Alain.
"Jusques en haut des cuisses, Elle est bottée, Et c'est comme un calice, A sa beauté"
Avatar du membre
hencot
Super Modérateur
Messages : 2461
Enregistré le : mer. 31 mars 2010 18:46
Localisation : 33.. prés de chez Charles
Contact :

Re: R.I.P.

Message par hencot »

Bonjour et bonne année à tous .
On a parlé du décès de Parfitt de Status Quo en 2016 ,mais le me semble que l'on a pas vu celui de Lancaster
en Septembre de cette année 2021.
.
Alan Lancaster, cofondateur et bassiste de longue date de Status Quo, est décédé le 26 septembre.
Il avait 72 ans et vivait avec une sclérose en plaques.
À l'âge de 13 ans, en 1962, Lancaster a formé The Scorpions avec ses camarades de classe Francis Rossi, Alan Key, et Jess Jaworski .
Après avoir intégré le guitariste Rick Parfitt en 67, le groupe a changé son nom en The Status Quo, puis Status Quo en 1969.
Sous le nom de Status Quo, le groupe a sorti en janvier 68 un single psychédélique-rock "Pictures of Matchstick Men", qui est
devenu le premier à atteindre le Top 10 du classement des singles au Royaume-Uni et a été son seul succès au Top 40 aux États-Unis.
De 69 à 83, Status Quo a sorti 15 albums avec Lancaster à la basse en partageant les fonctions de chanteur principal.
Au début des années 80, les changements de personnel, les divergences,et la drogue divisent le groupe.
Rossi annonce son départ et le groupe joue son dernier concert avec Lancaster au Live Aid en 1985.
Lancaster a ensuite déménagé en Australie et à continué à travailler dans l'industrie musicale.
En mars 2013, il s'est réuni avec Rossi et le reste du groupe du début et du milieu des années 70 pour une série de dates
en Angleterre, qui s'est terminée à la "Wembley Arena".
En mars 14, la surnommée "Frantic Four" - Ross, Parfitt, Lancaster et John Coghlan - a effectué une dernière tournée
se finissant à « The 02 Arena », de Dublin.
En 2005, Status Quo a été reconnu par le Guinness World Records pour avoir enregistré 61 singles à succès,plus
que tout autre groupe dans l'histoire du Royaume-Uni à cette époque.
Lancaster laisse derrière lui une femme, trois enfants et cinq petits-enfants
.
lancaster.jpg
lancaster.jpg (15.78 Kio) Vu 601 fois
.
Alain..

Site sur le son et l' enregistrement de Claude Gendre http://claude.gendre.free.fr/
Avatar du membre
hencot
Super Modérateur
Messages : 2461
Enregistré le : mer. 31 mars 2010 18:46
Localisation : 33.. prés de chez Charles
Contact :

R.I.P Meat Loaf (Marvin Lee Aday)

Message par hencot »

Alain..

Site sur le son et l' enregistrement de Claude Gendre http://claude.gendre.free.fr/
Répondre