Keith Monks CR 500

Câbles, casques, pieds d'enceintes, meubles...
Répondre
François H-D
Membre honoraire
Messages : 226
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 14:04
Localisation : 47

Keith Monks CR 500

Message par François H-D »

Bonsoir à tous,

samedi je suis allé à la grande braderie de printemps d'Emmaüs jeter un coup d'oeil aux vinyles (et non, pas de Quad II ou de Dynaco! :autralia: ).
Pas de Rock des 70' (s'il y en avait, ils avaient dû partir de bonne heure) mais un coffret "Les grandes dames de la chanson française" : Damia, Fréhel, Piaf, etc... pourquoi pas? Allez hop, je prends même s'ils sont assez cra-cra, car depuis le mois de juin 1981 (la lettre d'envoi d'Audio Protect en fait foi) j'ai ce qu'il faut : une machine à laver les disques Keith Monks CR 500.

La machine à laver Keith Monks CR 500
La machine à laver Keith Monks CR 500
DSC00387.JPG (90.29 Kio) Vu 855 fois
Keith Monks fabriquait avant tout des machines à laver les disques destinées aux stations de radio. Et parmi leurs références on note non seulement la BBC mais aussi Radio Papouasie Nouvelle-Guinée (si si! Mais il n'est pas précisé si c'est la radio des Papous papas pas à poux. :D ).

A côté de ces modèles professionnels, existait un modèle simplifié destiné aux particuliers : la CR 500, importée en France par Audio-Protect. Je la leur avais directement commandée car elle n'encombrait pas la vitrine des revendeurs.

Cette machine est vraiment efficace, on applique d'abord un mélange d'eau distillée et d'alcool (isopropylique aujourd'hui) à l'aide d'une brosse sur le disque en rotation :

D'abord on brosse
D'abord on brosse
DSC00388.JPG (91.01 Kio) Vu 855 fois
Puis on aspire le liquide à l'aide d'un bras où passe un fil en nylon :
Puis on aspire
Puis on aspire
DSC00389.JPG (82.18 Kio) Vu 855 fois

Pour les disques vraiment très sales, on peut insister avec un coton-tige (non usagé :D ), mais le résultat est là :


Avant
Avant
DSC00390.JPG (93.34 Kio) Vu 855 fois
Après
Après
DSC00392.JPG (59.16 Kio) Vu 855 fois


On peut même sauver des disques rayés (pas trop quand même!) en les "traitant" avec un coton tige enduit de pâte à polir ou de dentifrice avant lavage.
C'est ainsi que j'ai sauvé entre autre ce pressage original du premier disque du Grand Georges, déniché il y a quelques années (et payé 5 roros) :

Excusez la piètre qualité de la photo
Excusez la piètre qualité de la photo
DSC00393.JPG (87.82 Kio) Vu 855 fois


je ne suis absolument pas fétichiste, mais Brassens c'est Brassens!

L'opération est quand même un peu longuette, il m'a fallu l'après-midi pour laver les douze disques que j'avais acheté, et il y en a 2 ou 3 aux rayures suspectes qui devront probablement être restaurés plus méticuleusement.

Au total, pendant que d'autres lavaient plus blanc, Keith Monks lavait plus noir... "c'est ben vrai ça!" disait à l'époque une célèbre vendeuse de machines à laver d'un autre type...

Cordialement,
François
Pataélectronique et menuiserie éléphantesque.
Diplômes : a le Bach (en disques seulement).

Avatar du membre
nicolas
Membre confirmé
Messages : 37
Enregistré le : ven. 23 oct. 2015 10:42

Re: Keith Monks CR 500

Message par nicolas »

Génial !
Me reste plus qu'à trouver la même.. :tinostar:

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message