Pioneer SA-500A

Pioneer SA-500A
Petit, simple et peu puissant, je ne vous cacherais pas que j’ai un petit faible pour ce type d’amplificateur…
Compte rendu d’une révision normale et nécessaire.

Pioneer SA-500A

Pioneer SA-500A

Pioneer SA-500A
Arrivé fonctionnel à l’atelier, sa révision va se résumer au remplacement des condensateurs chimiques et au nettoyage des commandes.
Il manque les enjoliveurs sur les boutons , si jamais vous avez ça au fond d’un tiroir, n’hésitez pas à me contacter, je transmettrais au propriétaire.

Pioneer SA-500A

Pioneer SA-500A

L’accessibilité de l’appareil est bonne, je commence par la réfection de la carte « tone » et la suppression de l’oxydation présente sur la façade à cet endroit particulier (sans doute un liquide tombé la il y a fort longtemps…)

Pioneer SA-500A
La réfection se poursuit avec la carte « amplification »

Pioneer SA-500A

Pioneer SA-500A
Puis la carte Phono.

Pioneer SA-500A

Pioneer SA-500A
Un petit tour dessous pour remplacer l’axial Nichicon.

Pioneer SA-500A

Pioneer SA-500A
Enfin le condensateur de filtrage est remplacé.

Pioneer SA-500A
L’appareil est ensuite réglé comme il se doit (point milieu et bias) et passe au banc de mesure.
Configuré en 240v, il atteint 2×8 watts sous 8 ohms, les deux canaux en charge, à 1khz, avec une distorsion inférieure à 0.5% dht.
Petite puissance certes, mais très charmeur à l’écoute.

Audiovintage : réparation et révision de vos appareils !

6 réflexions au sujet de « Pioneer SA-500A »

  1. chotard

    Bonjour,

    Pouvez-vous m’indiquer la procédure pour le réglage du point milieu et du bias svp.

    Cordialement

    JP

  2. Audiovintage Auteur de l’article

    Bonjour pour le bias, 10 à 20mv sur une des résistance émettrice sera parfait.
    Pour le point milieu, un oscilloscope, un générateur BF. L’ampli branché sur des résistances ce charge, vous montez le volume jusqu’à l’écrêtage et vous tourner le trimmer pour avoir une parfaite symétrie entre les “pointes” positives et négatives de la sinusoïde. Bon courage !

  3. cosmic

    D’abord, j’admire votre travail, il démontre une réelle passion et je respecte ça (d’autant plus que je me lance dans ce genre de travail et réalise toute la complexité d’une restauration en bonne et due forme). Pour ce qui est des enjoliveurs, j’ai déjà vu des reproductions à vendre sur (site d’enchères bien connu). Cet ampli à faible puissance (8 watts par canal) et à haute distortion (0.5% THD) me subjugue, à partir de quel pourcentage de distorsion l’oreille humaine perçoit-elle une anomalie? J’ai toujours cru qu’à 0.1% THD et moins il n’y avait plus de différence.

  4. Audiovintage Auteur de l’article

    Bonjour, merci pour votre commentaire !
    La distorsion affichée est celle à puissance maximum, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, si on a des enceintes avec un rendement important, 8 watts c’est déjà beaucoup !
    Je pense que pour qualifier de “distorsion” une “gène” à l’écoute, il me faudrait plus que 0.5%. Bien entendu ceci pour un ampli à transistor, pour un ampli à tubes, pour une question d’harmoniques, c’est encore différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.